la porte

Présentation de l'éditeur« C’est moi qui ai tué Emerence. Je voulais la sauver, non la détruire, mais cela n’y change rien. » La Porte est une confession. La narratrice y retrace sa relation avec Emerence Szeredás, qui fut sa domestique pendant vingt ans. Tous les oppose : l’une est jeune, l’autre âgée ; l’une sait à peine lire, l’autre ne vit que par les mots ; l’une est forte tête mais d’une humilité rare, l’autre a l’orgueil de l’intellectuelle. Emerence revendique farouchement sa liberté, ses silences, sa solitude, et refuse à quiconque l’accès à son domicile. Quels secrets se cachent derrière la porte ?

Et alors?: Une lecture qui me laisse perplexe. J'ai trouvé l'ambiance de ce roman bien noire, tragique, une lecture opressante parfois comme un huit clos... une histoire bien étrange avec des protagonistes auxquels j'ai eu du mal à m'attacher. Le style également est très travaillé et m'a nécessité beaucoup d'attention pour rentrer dans l'histoire. Un moyen donc pour ma part.